Articles dans Actu
Lancement de Workplace pour l'ANPDE - Rejoignez le réseau adhérent

Notre association a notamment pour but de fédérer et de favoriser la mise en relation des IPDE sur le territoire. Ainsi, de nombreux adhérents demandaient la mise en place d’une plate-forme permettant de communiquer plus facilement.

C’est désormais chose faite avec le déploiement de Workplace pour l’ANPDE.

Ce réseau social, semblable aux réseaux sociaux habituels, est réservé aux adhérents ANPDE.

Des groupes spécifiques sont créés pour les régions et pour les commissions nationales. Au fur et à mesure des informations seront publiées sur l’association et la spécialité, et les groupes pourront évoluer selon les besoins.

Si vous n’avez pas reçu votre invitation en tant qu’adhérent ANPDE, merci de contacter le secrétariat : secretariat[at]anpde.asso.fr

Actuanpde-admin
Pétition citoyenne « Affichez obligatoirement le Nutri-Score des aliments sur tous les supports publicitaires »

L'ANPDE soutient la pétition citoyenne « Affichez obligatoirement le Nutri-Score des aliments sur tous les supports publicitaires » 

L'Assemblée Nationale a rejeté le 27 mai 2018, par 45 voix contre 18, les amendements proposés dans le cadre de la Loi Agriculture et Alimentation (EGalim) visant à rendre obligatoire l'affichage du Nutri-Score sur tous les supports publicitaires des denrées alimentaires, alors même que 60 industriels et distributeurs s'y sont engagés

Cette nouvelle pétition citoyenne a été mise en place sur change.org et est adressée aux responsables politiques pour relancer le débat, dénoncer les arguments fallacieux utilisés à l'Assemblée Nationale et pousser à ce que le Nutri-Score soit affiché de façon obligatoire sur les publicités alimentaires dans une future Loi.

L'ANPDE soutient la pétition et vous invite à la signer et à la diffuser le plus largement  https://chn.ge/2sod9YN


L’objectif est d’atteindre rapidement les 200 000 signatures pour être entendus. 
N’hésitez pas à signer cette nouvelle pétition et à la diffuser !

Actuanpde-admin
Journée Régionale de l'Allaitement Maternel Auvergne Rhône-Alpes 2018
Affiche-JRA-2018A3-page001haut-2.png

A l’occasion de la Semaine Mondiale de l’Allaitement Maternel 2018, l’association Information Pour l’Allaitement organise sa 5ème Journée Régionale de l’Allaitement Maternel, le 5 octobre 2018 à Lyon. 

Lors de cette JRA, dédiée à la promotion de l’allaitement maternel, professionnels de tous horizons, étudiants et associations de soutien à l’allaitement maternel se forment, s’informent, se rencontrent et échangent.

Toutes les informations sur le site de l'IPA

Partenariat ANPDE / Gynger

Nous sommes ravis de vous annoncer un nouveau partenariat pour l'ANPDE avec Gynger, L'autre info sur la famille, l'enfance et l'éducation. Les adhérents ANPDE peuvent désormais bénéficier d'un tarif partenaire pour accéder à l'intégralité du contenu, 10€/an au lieu de 42€/an. Des articles sur la spécialité de puéricultrice sont à venir ! Ils seront tous consultables sur https://www.gynger.fr/anpde/

Le tarif adhérent est accessible au moment de l'adhésion ou bien en nous contactant directement à secretariat@anpde.asso.fr

 

Actuanpde-admin
Nouveau site en ligne

Notre nouveau site internet est désormais en ligne !

Mis à jour, il vous permet désormais de faire des dons en ligne, et prochainement de vous inscrire directement en ligne à nos formations. D'autres fonctionnalités sont à venir au fur et à mesure, en attendant n'hésitez pas à le visiter toujours à la même adresse : www.anpde.asso.fr :)

Actuanpde-admin
Retour sur le séminaire de Janvier 2018

Cette année les membres du conseil d’administration de l’ANPDE se sont réunis à Nantes les 26, 27 et 28 janvier 2018. L’occasion pour les administrateurs de travailler en groupes sur un nouveau projet associatif (nous vous en reparlerons très bientôt), sur la réingénierie du diplôme d’Etat de Puéricultrice, sur la pratique avancée, d’échanger sur les actualités et d’avancer sur l’organisation des Journées Nationales d’Etude.

Nous avons eu le plaisir d'accueillir une nouvelle  déléguée régionale pour les Hauts-de-France, Cécile DELCOURT.

Cécile DELCOURT est infirmière puéricultrice depuis 2014 avec un une expérience significative comme infirmière de l'éducation nationale. Durant sa carrière professionnelle elle a eu l’opportunité d’exercer en crèche, en PMI, en milieu scolaire et en hospitalier.

Nous lui souhaitons la bienvenue, et lui souhaitons de dynamiser cette belle région qui accueille de nombreuses puéricultrices.

Le conseil d’administration de l’ANPDE a également eu le plaisir d’accueillir les deux nouvelles administratrices étudiantes Mélanie FEITOR et Rabbéa SEFFOUHI. Leurs missions seront pour l’année 2018, de représenter les étudiants de la spécialité au sein du conseil d’administration et auprès des grandes instances.

 

Nous les remercions pour leur engagement et leur souhaitons la bienvenue au sein du CA.

Appel à candidature Conseil scientifique 2017

Vous êtes infirmier(e) puéricultrice(teur) et titulaire d'un master ou doctorat ? Vous êtes adhérent(e) à l'ANPDE ?

Logo-ANPDE_2014

Veuillez trouver ci-joint l'appel à candidature pour 2 membres délibératifs au conseil scientifique de l'ANPDE, titulaires d'un master au minimum.

Veillez également ci-joint la Déclaration Publique d'Intérêts.

 

Le dossier est à transmettre avant le 21 janvier 2018 par mail (anpde.secretaire.generale@gmail.com et anpde.secretaire.adjointe@gmail.com) et par courrier à l’adresse suivante :

ANPDE

A l’attention de Charles Eury, président de l’ANPDE

132, avenue du Général Leclerc

75014 PARIS

 

Plus d'informations sur conseil scientifique.

 

Vaccination et évolution du métier de l’infirmière puéricultrice, l’ANPDE fait des propositions

 

Communiqué de presse

Vaccination et évolution du métier de l’infirmière puéricultrice, l’ANPDE fait des propositions

Paris, le 5 décembre 2017 – Lors de la séance du 2 octobre 2017 du Haut Conseil des Professions Paramédicales, il a été proposé un arrêté modifiant la liste des personnes pouvant bénéficier de la vaccination antigrippale réalisée par un infirmier, sans prescription médicale, et hors primo-vaccination. Cette modification vise à se conformer aux recommandations du Haut Conseil de la Santé Publique et aux futures modifications du calendrier vaccinal. L’ANPDE avait alors proposé pour les enfants de 0 à 6 ans que les rappels du vaccin antigrippal soient réalisés par des infirmières. Proposition qui avait reçu un avis favorable du HCPP lors de cette séance.

Si l’ANPDE soutient l’élargissement des compétences vaccinales pour l’ensemble des infirmiers, elle rappelle néanmoins que ceux-ci ne bénéficient plus de formation spécifique en pédiatrie depuis 2009, comme l’a rappelé le défenseur des droits dans son dernier rapport de novembre 2017.

Aussi, l’ANPDE a proposé pour les enfants de 0 à 6 ans atteints des pathologies en question, que les rappels du vaccin anti-grippal soient réalisés par des infirmières puéricultrices, permettant ainsi aux enfants de bénéficier de cet élargissement des compétences tout en garantissant la sécurité des soins. Cette proposition a reçu un avis favorable du HCPP lors de la séance du 2 octobre.

Cependant, l’arrêté publié le 17 novembre n’a pas tenu compte du vote du HCPP et l’amendement proposé par l’ANPDE a été supprimé, sans aucune concertation. Pour autant, le ministère a souhaité maintenir la mention « adulte ». Alors même que le ministère reconnaît de ce fait que des compétences spécifiques sont nécessaires pour vacciner des enfants de cet âge, le choix a été fait de les exclure totalement de ce texte.

Aujourd’hui, le suivi des enfants de 0 à 6 ans est déjà réalisé par les infirmières puéricultrices, notamment en services de Protection Maternelle et Infantile. Les situations rencontrées sont de plus en plus complexes et rendent difficiles l’action des professionnels de santé, notamment par manque de moyens mais aussi d’une redéfinition claire des rôles de chacun. En effet, les IPDE sont les professionnelles les plus nombreuses en PMI, comparativement aux médecins et aux sages-femmes, et réalisent la majorité des consultations infantiles sous forme de permanences ou de visites à domicile. Ces permanences, en fonction des politiques locales, sont appelées consultations de puéricultrices et jouent un rôle majeur dans le suivi des familles et la prévention chez l’enfant de 0 à 6 ans.

La formation des IPDE est aujourd’hui en réingénierie. Le nouveau programme de formation, sur 2 ans, sera bientôt effectif et permettra une montée en compétences des IPDE. Ces compétences pourront-être exploitées pour faire face aux enjeux de santé publique de demain, notamment en termes de prévention et de désertification médicale. Cette montée en compétences est en corrélation avec la proposition de l’ANPDE pour que soient réalisés les rappels de vaccin antigrippal chez les enfants de 0 à 6 ans.

L’infirmière puéricultrice en poste avancé, une solution d’avenir dans la prise en charge de l’enfants

L’infirmière puéricultrice en « poste avancé » serait une des réponses à la problématique des déserts médicaux, en tous les cas pour la santé de l’enfant. En outre, la réponse à la pénurie de médecins peut trouver une solution en orientant l’infirmière puéricultrice en poste avancé médicalisé. Cependant, l’infirmière en poste avancé nécessite un transfert encadré de l’analyse et des conclusions cliniques du médecin. Le seul outil juridique permettant de s’orienter vers cette solution pour l’infirmière puéricultrice est la pratique avancée.

En effet, la loi sur la pratique avancée permet de constituer une infirmière puéricultrice en poste avancé en première ligne médicale sous la direction d’un médecin traitant ou en soins ambulatoire d’enfant sous la direction d’un médecin spécialiste. Enfin, la formation des infirmières puéricultrices constituerait une base socle métier scientifique permettant de construire sans difficulté une formation universitaire complémentaire conforme aux dispositions législatives de la pratique avancée.

Ainsi, ce métier intermédiaire permettrait de répondre aux besoins de notre société et pallier ainsi à la problématique de la désertification médicale et seconder les médecins dans leurs missions de santé publique. L’infirmière puéricultrice aurait alors les moyens nécessaires pour être un véritable allié dans la prévention et la promotion de la santé chez l’enfant.

A propos de l’ANPDE

Créée en 1949, l’Association Nationale des Puéricultrices(teurs) Diplômé(e)s et des Etudiants (ANPDE) est l’unique association qui défend et rassemble les professionnels de la spécialité de puéricultrice. Forte de ses 2000 adhérents, elle vise à promouvoir une politique de santé ambitieuse pour les quelque 13 millions d’enfants, et à défendre leur intérêt et celui de leur famille. Elle représente les 20 000 professionnels diplômés de la spécialité et les étudiants dans les instances officielles permettant ainsi l’évolution de la profession et la reconnaissance de la plus-value de la puéricultrice. L’ANPDE contribue, en outre, au développement professionnel en organisant des formations DPC et un congrès annuel de haute valeur scientifique.

Election des administrateurs étudiants

 

Chères étudiantes, Chers étudiants,

 

Nous souhaitons la bienvenue à Mélanie FEITOR et Rabéa SEFFOUHI, qui sont élues administratrices étudiantes pour l'année 2017-2018 !!!

 

Comme chaque année l’ANPDE lance l'élection pour élire les deux administrateurs étudiants de l’année 2017 – 2018 qui siègeront au conseil d'administration de l'ANPDE afin d'y représenter la voix des étudiants.

Tous les étudiants adhérents à l'ANPDE, seront sollicités par mail pour voter pour les deux administrateurs étudiants qu'ils souhaitent élire.

Les élections se dérouleront en ligne, entre le 11 décembre 2017 et le 7 janvier 2018, via le lien qui vous aura été adressé par mail. Vous trouverez ci-dessous les candidatures des cinq étudiants postulants.

 

  • BAUDELLE Chloé, école de l'APHP Paris

CV Chloé BAUDELLE

Lettre motivation Chloé BAUDELLE

 

  • DUBREUIL Pierre Romaric, école de Rabelais Paris

CV Pierre Romaric DUBREUIL

Lettre de motivation Romaric DUBREUIL

 

  • FEITOR Mélanie, école de Bordeaux

CV Mélanie FEITOR

Lettre motivation Mélanie FEITOR

 

  • MONARD Mélissa, école de Marseille

CV Mélissa MONARD

Lettre de motivation Mélissa MONARD

 

  • SEFFOUHI Rabéa, école de Grenoble

CV Rabéa SEFFOUHI

Lettre motivation Rabéa SEFFOUHI

ActuAnais Valencas
30ème meeting du Réseau Européen des Associations d'Infirmières Pédiatriques

Les 18 et 19 octobre dernier s'est tenu le 30ème meeting de la Pediatric Nursing Association of Europe (PNAE) à Reykjavík en Islande

 

13 pays d’Europe étaient représentés, dont la France.

 

Nous avons assisté à diverses présentations des travaux effectués en Islande dont :

- l'étude menée auprès de famille affectées par la maladie chronique pour évaluer l'impact des pratiques avancées des infirmières pédiatriques dans le processus d'acceptation du diagnostic.

- une étude clinique sur le suivi des patients ayant survécu à un cancer dans leur enfance (1981)

- ainsi que le suivi des patients de néonatalogie à domicile.

 

Avant de nous faire visiter l’hôpital pédiatrique (en très grande partie financé et subventionné par la fondation Hringurinn), les collègues d'Islande ont fait le point sur les avancés dans leur programme d'étude des infirmières pédiatriques.

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons découvert le projet MOCHA Models Of Child Health Appraised mené par une équipe Irlandaise pour recenser les modèles de soins primaires de 30 pays et tenter de répondre à la question: "A quoi ressemblerait le modèle idéal?"

Le PNAE a ensuite travaillé à l'étude des pratiques de recrutement et de formation des infirmières pédiatriques dans les différents pays d'Europe, ce qui amené à formaliser le besoin d'établir une veille concernant l'état des pratiques avancées.

 

Pour finir, nous avons préparé le prochain congrès du PNAE qui se déroulera les 1er et 2 juin 2018 à Athènes.

Actu, PNAEcyrielle
Enquête sur la qualité de vie des étudiantes puéricultrices

Communiqué de presse

La qualité de vie des étudiantes puéricultrices[1] se dégrade

Enquête sur la qualité de vie des étudiantes puéricultrices

Paris, le 4 septembre 2017 En ce jour de rentrée des classes, l’Association Nationale des Puéricultrices(-teurs) Diplômé(e)s et des Etudiants rappelle les résultats d’une enquête menée auprès des étudiantes puéricultrices et souligne les difficultés rencontrées notamment quant au financement disparate selon les régions. Réalisée durant le premier trimestre 2017 à l’initiative de l’association, cette enquête a été menée sur un panel de 519 étudiantes soit plus de 45 % des étudiantes puéricultrices. L’ANPDE souhaite à travers ce travail s’enquérir de leurs conditions de vie. Cette enquête permet ainsi de dresser un état des lieux représentatif de la situation actuelle. Elle a porté sur différents points : l’entrée en formation (diplôme initial, mode de financement…), les conditions de vie durant la formation tant au niveau personnel que professionnel et le futur des étudiantes notamment leurs souhaits suite à leurs études.

 

L’enquête

L’enquête révèle que les personnes ayant répondu à l’enquête sont relativement jeunes avec 26 ans d’âge moyen.  Toutefois, la diversité d’âge est importante et l’on note des entrées en formation à 48 ans. Enfin, 54 % des étudiantes choisissent d’entrer en formation suite à un projet professionnel précis, signe d’une véritable envie de faire cette spécialisation.

Même si la formation amenant au diplôme d’Infirmière Puéricultrice Diplômée d’Etat est ouverte aux sages-femmes, il est à noter que 100% des étudiantes puéricultrices ayant réalisé l’enquête ont un diplôme d’Infirmière Diplômée d’Etat. En outre, le mode d’entrée en formation en 2017 se fait à 50% par la poursuite des études infirmières en formation initiale. On remarque également que 26% des étudiantes se mettent en disponibilité, preuve de nouveau, de la réelle volonté de suivre la formation de spécialisation.

S’agissant du choix de l’institut de formation, celui-ci est principalement lié à la proximité géographique pour 65% alors que 11% choisissent en fonction du coût de la formation.

 

Le financement : un frein pour l’accès à la spécialisation

 

Il existe de grosses disparités selon les régions et selon les établissements sur le coût des études et sur leurs modes de financement. Le coût annuel moyen de l’année de spécialisation s’élève à 5476 euros auxquels s’ajoutent les frais annexes d’hébergement, de transports…

S’agissant des modes de financements des formations, il est à noter que 52% des étudiantes ont dû faire ap pel à leurs parents ou à la famille. Pour 41%, elles ont utilisé leurs ressources personnelles. Au

total, 42% des étudiantes n’ont eu accès à aucune aide et ont dû prendre sur des fonds individuels.

Pour 9,4%, un emprunt a été nécessaire. Quant aux financements par les employeurs, ceux-ci ne représentent que 17%. Cette faible prise en charge par l’employeur illustre la véritable difficulté pour les professionnelles d’accéder à la spécialité.

L’enquête met également en évidence une disparité sur les équipements mis à la disposition des étudiantes lors des formations. Restauration collective, équipement de formation, accès à une infirmerie, équipement sportif…

Notons également que l’encadrement par les tuteurs, l’écoute et la disponibilité des intervenants sont des points forts de la formation puisqu’il ressort un taux de « tout à fait satisfaisant » dans 67 % des cas. De même, la qualité de l’accueil en stage et les qualités pédagogiques des intervenants sont « tout à fait satisfaisantes » pour la moitié des étudiantes. Il est à noter que 88,23 % des étudiantes ont obtenu globalement les stages souhaités. A l’inverse, les points les plus négatifs sont le rythme de la scolarité avec 89 % de personnes insatisfaites ou moyennement satisfaites.

 

Conditions de vie des étudiantes

 

Alors que l’enquête a été réalisée durant le 1er trimestre, 85% des étudiantes se disent épuisées et  37% d’entre elles se disent déprimées, 30% isolées et 54% ayant des difficultés de sommeil. En effet, 76 % des étudiantes considèrent que cette impression s’est accentuée au cours de la formation. Moins de la moitié des sondées (45,5%) assurent avoir une alimentation adaptée, celle-ci pouvant également être impactée par l’absence de restauration collective. Cependant, 88% des étudiantes jugent leur état de santé supérieur ou égal à 3 sur 5.

Les études de puéricultrices sont actuellement très attractives. En effet, malgré un coût élevé et une prise en charge de la formation initiale aléatoire, le nombre d’étudiantes en poursuite de formation suite au Diplôme d’Etat d’Infirmière reste majoritaire. L’absence, à ce jour, d’actes exclusifs pour la spécialité n’encouragent pas les employeurs à financer cette formation.  Pour les étudiantes, le rythme de la scolarité est véritablement le point noir de la formation. L’infirmière puéricultrice est amenée à travailler dans de nombreux secteurs (hospitaliers et extra-hospitaliers). La formation actuelle, en un an, ne permet pas d’approfondir l’ensemble des notions indispensables à la prise en charge de l’enfant de 0 à 18 ans. Les études de puéricultrices sont donc attractives, mais doivent à présent s’adapter à l’évolution de la société en approfondissant les contenus et en permettant l’accès au grade Master.

Charles Eury – Président-  ANPDE06 46 84 81 75 Sébastien Devillers06 63 43 89 24

sdevil@aurasicommunication.com

 

4ème congrès PNAE - 1er et 2 juin 2018, Athènes
4ème congrès du PNAE les 1er et 2 juin 2018 à Athènes

Les 8 et 9 décembre 2016,  l’ANPDE accueillait le PNAE*, Réseau Européen des Associations d’Infirmières Pédiatriques, sur Paris pour leur 28ème réunion. Retrouvez ici plus d'informations

En 2018, se tiendra le 4ème congrès du PNAE, qui espère rassembler des infirmières puéricultrices de divers horizons européens : informations et inscriptions pour ce 4ème congrès PNAE.

*Paediatric Nursing Associations of Europe

Actu, PNAEcyrielle