Appels à candidature 2018 pour le conseil d'administration ANPDE

Appels à candidature 2018 pour le conseil d'administration ANPDE

 

Rejoignez le Conseil d'administration de l'ANPDE pour être au plus proche de l'actualité des puéricultrices et contribuer aux avancées de la profession, de la formation et de son exercice !

  • Vous êtes adhérent ANPDE sur la région Bourgogne Franche Comté et vous souhaitez représenter officiellement l’association sur la région? Pour plus d'informations sur les missions du délégué régional ANPDE, cliquez ici

Postulez avant le 1er septembre 2018 !

Vous trouverez ci-dessous l'appel à candidature pour les postes d’administrateur et de délégué régional à pourvoir en 2018, ainsi que le bulletin de candidature (identique pour ces postes) à compléter par informatique :

Appel à candidature délégué régional Bourgogne Franche Comté 2018

Bulletin de candidature ANPDE

Anaïs VALENCAS
Communiqué de presse : Décret de périnatalité

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

La Direction Générale de l’Offre de Soins exclue l’ANPDEet les infirmiers de la périnatalité

Paris, le 6 juillet 2018 – Le 14 février 2018, l’ANPDE était reçue par la DGOS dans le cadre du projetde réforme des autorisations sanitaires portant notamment sur le décret de périnatalité. Lors decette réunion l’ANPDE a été entendue notamment sur les problématiques de terrain auxquelles sontconfrontées les professionnels. La DGOS confirmait alors l’apport de l’association et l’intégrait de fait dans le groupe de travail et de réflexion du décret.

C’est par la presse que l’ANPDE apprend le lancement des travaux avec une première réunion de travail ce vendredi 6 juillet 2018. Malgré les multiples sollicitations ces derniers jours de l’associationreprésentant les professionnels de la petite enfance auprès du Ministère, aucun membre de laprofession infirmière ne sera présent lors de ces réunions devant, à l’issue, fixer la composition deséquipes soignantes et notamment le nombre d’infirmières puéricultrices en unité obstétrique, de néonatalogie, de réanimation néonatale et en soins intensifs néonataux. Précisons que cela concerne également les « infirmières expérimentées en néonatologie ».

En outre, ce décret précise également les conditions d’accueil des parturientes, des mères et desnouveau-nés avec notamment l’aspect primordial favorisant la relation et le lien mère- enfants.Rappelons qu’il s’agit à travers cette mission du rôle majeur de l’infirmière puéricultrice. Aussi, est-il navrant que la DGOS dans son projet de décret fasse l’économie, de nouveau, du savoir-faire desprofessionnels dès lors qu’il s’agit de la profession infirmière.

La DGOS a rappelé aux représentants de l’ANPDE que ces réunions étaient exclusivement réservéesaux Collèges Nationaux professionnels. Si les collèges médicaux sont représentés, il est à déplorerl’absence de sollicitations tout à la fois de l’ANPDE et du Collège Infirmier Français (CIF).

Face à la priorité donnée par le gouvernement à la politique de santé de l’enfant et les discours mettanten avant le rôle des infirmières puéricultrices, l’ANPDE s’interroge sur les raisons qui poussent aujourd’hui la DGOS et le Ministère à mener ces réflexions concernant l’exercice professionnel desinfirmiers avec pour seuls interlocuteurs les représentants médicaux.

A propos de l’ANPDE

Créée en 1949, l’Association Nationale des Puéricultrices(teurs) Diplômé(e)s et des Etudiants (ANPDE) est l’unique association qui défend et rassemble les professionnels de la spécialité de puéricultrice. Forte de ses 2000 adhérents, elle vise à promouvoir une politique de santéambitieuse pour les quelque 13 millions d’enfants, et à défendre leur intérêt et celui de leur famille. Elle représente les 20 000 professionnelsdiplômés de la spécialité et les étudiants dans les instances officielles permettant ainsi l’évolution de la profession et la reconnaissance de la plus-value de la puéricultrice. L’ANPDE contribue, en outre, au développement professionnel en organisant des formations DPC et un congrès annuel de haute valeur scientifique.

 

Charles Eury -Président ANPDE                                   

06 46 84 81 75                                                            

president@anpde.asso.fr                                            

www.anpde.asso.fr

 

Sébastien Devillers – Aurasi Communication

 06 63 43 89 24

 sdevil@aurasicommunication.com

Interview Hospimedia / ANPDE - "74% des puériculteurs hospitaliers considèrent que leurs compétences ne sont pas reconnues"

"74% des puériculteurs hospitaliers considèrent que leurs compétences ne sont pas reconnues"

Publié le 12/06/18 - HOSPIMEDIA

L'Association nationale des puériculteurs diplômés et des étudiants organise ses journées d'études jusqu'au 15 juin. Universitarisation, réingénierie, pratique avancée... L'actualité de la profession, c'est aussi une qualité de vie au travail en berne et un grand besoin de reconnaissance. Explications avec le président de l'ANPDE, Charles Eury.

Hospimedia : "Les journées d'études de l'ANPDE se tiennent jusqu'au 15 juin à La Rochelle (Charente-Maritime), vous y présenterez le résultat d'une enquête menée en avril sur les aspirations des puériculteurs (lire notre article), pourquoi une telle enquête ?

Charles Eury : Aujourd'hui au niveau de la profession et de la spécialité de puériculture, le Gouvernement a vraiment changé de paradigme, avec une forte volonté d'axer les choses sur la prévention. On le voit notamment dans le cadre de la nouvelle stratégie nationale de santé avec des éléments très importants tels que la structuration de la prise en charge de l'enfant et, plus largement, la création d'un réel parcours de santé de l'enfant. Les puériculteurs sont au cœur de ces actions et sont de réels acteurs de santé publique. C'est une profession transversale, sur l'hospitalier et sur l'extra-hospitalier, elle a donc un rôle à jouer. Nous voulions voir sur le terrain comment ces professionnels vivent leur travail et la prise en compte de leurs compétences.

"65% des puériculteurs considèrent que leur qualité de vie au travail s'est dégradée ces dernières années."

H. : Pouvez-vous nous donner quelques pistes sur les résultats de cette étude ?

C. E. : L'un des premiers éléments, sur plus de 3 000 répondants, est que 65% des puériculteurs considèrent que leur qualité de vie au travail s'est dégradée ces dernières années. Une situation encore plus inquiétante chez les hospitaliers. Ils sont 74% à considérer que leurs compétences ne sont pas reconnues et valorisées, aussi bien par le corps médical que les directions, et que leur qualité de vie au travail s'est dégradée. C'est dans ce secteur que les chiffres sont les plus élevés.
 

Repère

La France compte 20 699 puériculteurs selon une étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) datée de 2016. Un peu moins de 60% d'entre eux sont des hospitaliers.

H. : Vous vous attendiez à de tels résultats ?

C. E. : Oui, on voit bien aujourd'hui que les conditions de travail à l'hôpital sont difficiles et se dégradent pour toutes les professions. Par contre, 74% des puériculteurs qui ne se sentent pas reconnus, cela pose question. On sait bien que la reconnaissance est un facteur clé de la qualité de vie au travail. Et revaloriser les compétences, cela ne passe pas que par la voie budgétaire. Cela peut être amélioré directement sur le terrain en utilisant les compétences de leur formation. C'est donc pour nous un résultat qui pose question.

H. : Revaloriser les compétences des puériculteurs, c'est justement l'un des enjeux de la réingénierie du diplôme, où en est-on aujourd'hui ?

C.E. : Nous avons eu ce 11 juin la dernière réunion avec la DGOS où nous avons quasiment finalisé l'ensemble des référentiels et principalement le référentiel de formation. Notre priorité, c'est vraiment la finalisation de la réingenierie dans le courant de ce semestre 2018, pour pouvoir ensuite mettre en œuvre le nouveau référentiel à la rentrée 2019. Nous, ce que nous souhaitons, c'est de pouvoir avancer rapidement pour finaliser les textes. Le nouvel arrêté de formation ouvrira de nouvelles possibilités qui vont de pair avec l'universitarisation : à savoir la mise en place d'une formation en alternance, une formation professionnelle, plus de démocratie étudiantes, avec plus d'investissement des étudiants dans l'organisation de leur formation... Ce sont des propositions portées par l'ANDPE. Nous sommes donc pour l'instant dans l'attente d'un retour pour pouvoir finaliser ces éléments si possible en concertation avec l'ensemble des acteurs, y compris l'enseignement supérieur.

"Avec l'ANPDE, nous souhaitons une réelle collaboration avec l'université, un travail en coopération et pas juste avoir des enseignants chercheurs qui viennent dispenser quelques cours par rapport à un référentiel qu'on aurait établi de notre côté."

H. : Cette réingénierie va poser aussi la question de l'avancée du processus d'universitarisation...

C. E. : Vont en effet se poser ensuite les questions de l'intégration à l'université, de la prise en charge financière par les régions et toutes ces questions concrètes à traiter. Avec l'ANPDE, nous souhaitons une réelle collaboration avec l'université, un travail en coopération et pas juste le fait d'avoir des enseignants chercheurs qui viennent dispenser quelques cours par rapport à un référentiel qu'on aurait établi de notre côté. Nous souhaitons vraiment que tout cela se fasse ensemble.

H. : Parmi toutes ces réformes en cours, quelles sont les priorités portées par votre association ?

C. E. : La priorité pour l'ANPDE ? La démocratie étudiante et le fait d'impliquer davantage les étudiants dans leur formation. Le fait de passer d'une année de formation à deux années universitaires, cela laisse plus de temps pour s'intégrer vraiment dans une formation et dans un corps professionnel. Et donc nous aimerions les aider à vraiment intervenir sur le déroulé de leur formation et sur les modalités, cela me paraît important. Il y a aussi la question de l'enseignement et des personnes qui vont porter cet enseignement sur le terrain, avec les nouvelles modalités que cela peut impliquer. L'important est de conserver la part du terrain et des professionnels, avec des enseignants qui seront, par exemple, les enseignants actuels qui ont une expérience de terrain comme puériculteur et, je le répète, de la mixité avec les universitaires.

"Le puériculteur est un atout pour le système de santé et contre les déserts médicaux."

H. : Lors des journées d'études du Comité d'entente des formations infirmières et cadres (Cefiec), certains représentants de la formation se sont montrés frileux quant à la coopération avec les universitaires (lire notre article), la mixité est-elle compliquée à mettre en place ?

C. E. : Non je ne pense pas que ce soit compliqué, je pense qu'il y a des bonnes volontés des deux côtés. Mais si l'on veut que tout se passe bien, il doit y avoir des temps de réflexion communs pour poser les choses, discuter en profondeur. Et pour le moment nous n'avons pas eu l'occasion d'aborder tous ensemble les modalités concrètes. Je pense que si nous réussissons à avoir ces moments pour en parler et les réunions nécessaires, cela pourra se faire correctement.

H. : Au-delà de ces réformes qui visent à revaloriser leurs compétences, dans le système de santé de demain, quelle est la place des puériculteurs ?

C. E. : Aujourd'hui, avec les enjeux de santé publique que l'on rencontre, ce serait incompréhensible de ne pas mobiliser les compétences des puériculteurs sur le terrain. Le puériculteur est un échelon intermédiaire entre l'infirmier, qui acquiert peu voire pas de compétences en pédiatrie, et le médecin généraliste, voire le pédiatre. Le puériculteur a vraiment une formation spécifique chez les enfants. Il est une compétence à mobiliser pour avoir un système de santé plus fluide. La structuration du parcours de santé de l'enfant n'existe quasiment pas aujourd'hui. Il y a déjà au niveau territorial de fortes disparités mais en plus le parcours n'est toujours pas coordonné. Plus que de défendre la spécialité, nous demandons d'ailleurs plus largement des formations spécifiques et adaptées pour s'occuper des enfants.

"L'idée que nous portons : aller plus loin dans la compétence infirmière en valorisant celles des puériculteurs. Nous allons proposer un livre blanc de l'ANPDE qui contiendra des propositions très concrètes."

H. : Ils ont donc un rôle à jouer dans le plan d'égal accès aux soins ?

C.E. : Bien sûr ! Et pas seulement à l'hôpital. Valoriser un exercice libéral pour les puériculteurs, c'est aussi rentrer dans plus d'efficience pour le système de santé et reconnaître la spécificité des soins à l'enfant et de son parcours. Ce sont des propositions que nous avons portées dans le cadre de la concertation sur le plan d'accès aux soins. La stratégie nationale de santé est parue mais aussi le plan priorité prévention, qui a été officialisé et dans lequel on parle de mettre en place un parcours de santé pour les 0-6 ans ainsi qu'une consultation médicale pour les moins de 6 ans. C'est évidemment, ce que l'on porte. Faire tout cela sans mobiliser les puériculteurs ne me paraîtrait pas très cohérent. Le puériculteur est un atout pour le système de santé et contre les déserts médicaux.

H. : Vous portez aussi des propositions sur l'exclusivité des actes...

C. E. : L'idée que nous portons : aller plus loin dans la compétence infirmière en valorisant celle des puériculteurs. Nous allons proposer un livre blanc de l'ANPDE qui contiendra des propositions très concrètes. Sur les actes exclusifs mais pas seulement. L'ambition est plus largement de faire évoluer l'exercice professionnel et de proposer une offre de soins de qualité pour l'enfant. L'an dernier, en étant présente à nos journées — l'un de ses premiers déplacements —, Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé, a rappelé l'attention portée à la santé de l'enfant. Nous lui avions alors déjà rédigé des propositions. Nous allons donc en présenter de nouvelles dans une optique de santé publique. On sent la mobilisation du Gouvernement sur ces questions. Maintenant, il faut que cela sorte en mobilisant les compétences sur le terrain. Quelles seront les modalités des annonces faites ? Nous sommes confiants mais, dans le concret, il faudra que cela se fasse avec l'ensemble des professionnels."
 

Pratique avancée et spécialités infirmières

Cécile Courrèges, directrice générale de l'offre de soins (DGOS), a indiqué que la possibilité de pratique avancée pour les spécialités infirmières interviendrait dans un second temps (lire notre interview). "Nous aurions évidemment préféré que ça se fasse plus vite", reconnaît Charles Eury. "Mais cela va finir par se mettre en place. Sur la question de la pratique avancée, nous pensons qu'il doit y avoir nécessairement une articulation avec les spécialités, ce n'est pas cohérent qu'elles soient totalement exclues. Nous aimerions aussi pouvoir envisager la poursuite du cursus. Certains puériculteurs pourraient aller plus loin dans leur activité, au sein de leur secteur professionnel, avec de la pratique avancée."

Propos recueillis par Clémence Nayrac

http://abonnes.hospimedia.fr/interviews/20180612-charles-eury-president-de-74-des-puericulteurs-hospitaliers

 

Clôture des 43èmes JNE de l'ANPDE à La Rochelle

Vous avez été plus de 800 congressistes à participer à nos 43èmes Journées Nationales d'Etudes qui se sont déroulées du 13 au 15 juin 2018 à La Rochelle. 

MERCI !

Encore une fois cette année vous avez démontré votre engouement pour cet événement riche aussi bien en contenu qu'en moment d'échanges qui contribuent à nos Journées. Nous avons aussi enregistré un nombre important d'adhésions, primordiales pour nous permettre de continuer à vous représenter.

Nous avons, durant ces JNE, publié de nombreuses vidéos afin de saisir les moments forts, que vous pouvez retrouver sur le Facebook de l'ANPDE.... D'autres sont encore à venir ! Les congressistes pourront bientôt retrouver l'intégralité des séances plénières en vidéo sur le site CERC TV, vous recevrez vos accès individuels par mail.

N'oubliez pas de donner votre avis en ligne sur ces 43èmes JNE, pour nous permettre de toujours mieux répondre à vos attentes chaque année.

Nous vous attendons désormais nombreux pour les 44èmes JNE qui se dérouleront du 12 au 14 juin 2019 à Bordeaux.


Un événement et des journées exceptionnels puisque nous fêterons les 70 ans de l'ANPDE !

 

Vous souhaitez vous aussi présenter votre expérience de terrain, vos travaux, partager votre expérience ?

Vous pouvez dès à présent proposer votre communication en atelier, en séance parallèle ou votre poster scientifique pour les JNE 2019 ! Vous avez jusqu'au 4 décembre.

JNE2018anpde-admin
COMMUNICATION PAR POSTER SCIENTIFIQUE JNE 2019

L’objectif de la communication par poster lors des 44èmes Journées Nationales d’Etudes des Puéricultrices, organisées par l’ANPDE, est de promouvoir des travaux de recherche individuels ou d’équipe, concernant un thème lié à une pratique ou à une activité de la profession de puéricultrice.

A titre d’exemples, il donne la possibilité de présenter :

  • Des travaux de recherche universitaire, dans le cadre d’un Master ou d’un Doctorat
  • Des projets d’équipes pluridisciplinaires
  • Des actions d’analyse de pratiques professionnelles (ex : certification, audits, EPP…)

Le poster devra être imprimé par vos soins et répondre aux normes de présentation des posters scientifiques. Vous pouvez consulter à ce titre les normes de présentation établies par l’Académie des Sciences Infirmières (cf. Annexe 2).

Lorsqu’un auteur ou un groupe d’auteurs présentent une proposition de communication par poster, il(s) s’engage(nt) à s’inscrire aux 44èmes Journées Nationales d’Etudes des Puéricultrices et à être présent, afin de présenter son travail au jury, ainsi que lors de la présentation et remise des prix en plénière.
L’ANPDE précise qu’aucun frais (inscription, hôtelier, déplacements, impression et/ou acheminement de poster) ne sera pris en charge. Le ou les auteur(s) doivent s’organiser au préalable pour couvrir les frais liés à la participation au congrès, qui leur permettra une visibilité scientifique.

PROCÉDURE DE PRÉSENTATION ET DE SÉLECTION DES RÉSUMÉS

  • Télécharger et remplir l’annexe 1
  • Adresser ce document par mail, avant le 15 février 2019, au format Word, à l’adresse : conseil-scientifique@anpde.asso.fr
  • Le conseil scientifique de l’ANPDE évaluera les propositions de communication
  • Une notification d’acceptation, de demande de précisions ou de modifications ou de refus sera adressée à tous les auteurs de proposition de communication fin mars
  • Si votre candidature est retenue, envoyer si possible le poster par mail en même temps que le document, sinon au plus tard le 31 mai 2019

Vous pouvez également télécharger cet appel à communication par poster scientifique en cliquant ici.

Critères d’évaluation : intérêt professionnel, intérêt multidisciplinaire, intérêt scientifique, objectif(s), méthode, résultats pour les enfants, leur famille et/ou la population, forme (Cf annexe 2).

PRIX DU MEILLEUR POSTER

Un jury évaluera les posters qui seront affichés pendant les 44èmes Journées Nationales d’Etudes des Puéricultrices, ainsi que la qualité des échanges avec les auteurs durant un temps dédié du congrès. A l’issue de cette évaluation, deux prix seront décernés : le prix du conseil scientifique et le prix du public.

DROITS DE PUBLICATION

Les intervenants sélectionnés cèdent explicitement leurs droits d’utilisation de leur abstract à l’ANPDE pour ses publications papiers ou électroniques en lien avec les 44èmes Journées Nationales d’Etudes des Puéricultrices. L’utilisation du logo ANPDE est réservée à l’association et est soumise à autorisation préalable.

COMMUNICATION EN ATELIER JNE 2019

L’objectif des ateliers lors des 44èmes Journées Nationales d’Etudes des Puéricultrices, organisées par l’ANPDE, est de proposer aux participants du congrès un approfondissement théorique et/ou pratique sur un thème particulier en lien avec l’exercice de l’infirmière puéricultrice. Ces ateliers ont vocation à favoriser les échanges avec les participants (20 personnes environ) et ont une durée de 3 heures comprenant 30 minutes de pause.

A titre d’exemples, voici quelques thèmes d'ateliers des congrès précédents :

  • Accompagner le démarrage de l'allaitement maternel
  • Positionnement et éveil sensoriel du prématuré
  • Professionnalisation des assistantes maternelles
  • Les possibilités d'exercice en ville pour les puéricultrices
  • Accueil d'un enfant en situation de handicap en EAJE : pourquoi et comment ?
Lorsque votre proposition d’atelier est retenue, et ce, même si cette proposition indique plusieurs auteurs, l’ANPDE prend en charge :
     - Une inscription gratuite pour les 44èmes Journées Nationales d’Etudes pour 1          personne
     - Une nuit d’hébergement pour 1 personne
     - Les frais de transport pour 1 personne tarif SNCF seconde classe (1)
     - Les repas pour la journée pour les animateurs de l’atelier.

PROCÉDURE DE PRÉSENTATION ET DE SÉLECTION DES RÉSUMÉS

  • Télécharger et remplir le document intitulé « Appel à communication ateliers JNE 2019 ANNEXE 1 »
  • Adresser le document par mail, avant le 4 décembre 2018, au format Word, à l’adresse : conseil-scientifique@anpde.asso.fr
  • Le conseil scientifique de l’ANPDE évaluera les propositions d’ateliers
  • Une notification d’acceptation, de demande de précisions ou de modifications ou de refus sera adressée à tous les auteurs de proposition de communication fin janvier 2019.

Vous pouvez également télécharger cet appel à communication en atelier en cliquant ici.

Critères d’évaluation : intérêt professionnel, intérêt multidisciplinaire, intérêt scientifique, objectif(s), méthode, résultats pour les enfants, leur famille et/ou la population, forme.

DROITS DE PUBLICATION

Les intervenants sélectionnés cèdent explicitement leurs droits d’utilisation de leur abstract à l’ANPDE pour ses publications papiers ou électroniques en lien avec les 44èmes Journées Nationales d’Etudes des Puéricultrices.

(1) Pour des personnes ou équipes extérieures à la France souhaitant proposer un atelier, la prise en charge des frais s’effectue uniquement pour les déplacements effectués sur le territoire français (non prise en charge du billet d’avion depuis le pays d’origine)

COMMUNICATION ORALE EN SESSION PARALLELE JNE 2019

L’objectif de la communication orale en session parallèle lors des 44èmes Journées Nationales d’Etudes des Puéricultrices, organisées par l’ANPDE, est de promouvoir des travaux de recherche individuels ou d’équipe, concernant un thème lié à une pratique ou à une activité de la profession de puéricultrice.

La communication proposée doit être structurée selon le plan suivant :

Contexte - Objectif du projet - Méthode du projet - Résultats  - Discussion - Conclusion

La présentation orale ne devra pas dépasser 20 minutes et sera présentée parallèlement aux conférences plénières. Un modérateur sera chargé de faire respecter le temps. Un échange d’environ 10 minutes avec les participants aura lieu à la fin de la présentation.

A titre d’exemples, des présentations des années passées :

  • Des travaux de recherche universitaire, dans le cadre d’un Master ou d’un Doctorat
  • Des travaux réalisés dans le cadre de la formation de puéricultrice (action d’information et d’éducation à la santé, projet professionnel ou résolution de problème de soins)
  • Des projets d’équipes pluridisciplinaires
  • Des actions d’analyse de pratiques professionnelles (ex : certification, audits, EPP…)
Lorsqu’un auteur ou un groupe d’auteurs présentent une proposition de communication orale en session parallèle, il(s) s’engage(nt) à s’inscrire aux 44èmes Journées Nationales d’Etudes des Puéricultrices, avant le 15 avril 2019. Au-delà de ce délai, la communication orale sera déprogrammée du congrès.
L’ANPDE précise que le repas du midi sera pris en charge par l’association le jour de l’intervention. Aucun autre frais (hôtelier, déplacements,) ne pourra être pris en charge. Le ou les auteur(s) doivent s’organiser au préalable pour couvrir les frais liés à la participation au congrès, qui leur permettra une visibilité scientifique reconnue. 

PROCÉDURE DE PRÉSENTATION ET DE SÉLECTION DES RÉSUMÉS

  • Télécharger et remplir le document intitulé : « Appel à communication orale en session parallèle ANNEXE »
  • Adresser le document par mail, avant le 4 décembre 2018, au format Word, à l’adresse : conseil-scientifique@anpde.asso.fr
  • Le conseil scientifique de l’ANPDE évaluera les propositions de communication
  • Une notification d’acceptation, de demande de précisions ou de modifications ou de refus sera adressée à tous les auteurs de proposition de communication.
  • Envoyer votre diaporama par mail au plus tard le 31 mai 2019.

Vous pouvez également télécharger cet appel à communication en cliquant ici.

Critères d’évaluation : intérêt professionnel, intérêt multidisciplinaire, intérêt scientifique, objectif(s), méthode, résultats pour les enfants, leur famille et/ou la population, forme.

DROITS DE PUBLICATION

Les intervenants sélectionnés cèdent explicitement leurs droits d’utilisation de leur abstract et de leur diaporama à l’ANPDE pour ses publications papiers ou électroniques en lien avec les 44èmes Journées Nationales d’Etudes des Puéricultrices.

Il pourra vous être proposé la rédaction d’un article plus long pour une publication dans les Cahiers de la Puéricultrice, après avis du comité de rédaction de la revue.

Partenariat ANPDE / Gynger

Nous sommes ravis de vous annoncer un nouveau partenariat pour l'ANPDE avec Gynger, L'autre info sur la famille, l'enfance et l'éducation. Les adhérents ANPDE peuvent désormais bénéficier d'un tarif partenaire pour accéder à l'intégralité du contenu, 10€/an au lieu de 42€/an. Des articles sur la spécialité de puéricultrice sont à venir ! Ils seront tous consultables sur https://www.gynger.fr/anpde/

Le tarif adhérent est accessible au moment de l'adhésion ou bien en nous contactant directement à secretariat@anpde.asso.fr

 

Actuanpde-admin
Assemblée générale ordinaire

Cher(ère) adhérent(e),

La prochaine Assemblée Générale Ordinaire de l'ANPDE se tiendra le :
Mercredi 13 juin 2018 à 13h00
Espace Encan
Amphithéâtre
Quai Louis Prunier
17000 La Rochelle


L'ordre du jour sera le suivant :

- Exposé et approbation du rapport moral sur l'exercice 2017
- Exposé et approbation des comptes de l'exercice 2017
- Approbation des tarifs des cotisations pour l'exercice 2019
- Questions diverses.

Vous pouvez consulter dès à présent :

Les convocations vous ont été envoyées par mail (ou courrier si absence de mail). Si vous ne l'avez pas reçu merci de nous contacter.

AGCharles Eury
Nouveau site en ligne

Notre nouveau site internet est désormais en ligne !

Mis à jour, il vous permet désormais de faire des dons en ligne, et prochainement de vous inscrire directement en ligne à nos formations. D'autres fonctionnalités sont à venir au fur et à mesure, en attendant n'hésitez pas à le visiter toujours à la même adresse : www.anpde.asso.fr :)

Actuanpde-admin
Retour sur le séminaire de Janvier 2018

Cette année les membres du conseil d’administration de l’ANPDE se sont réunis à Nantes les 26, 27 et 28 janvier 2018. L’occasion pour les administrateurs de travailler en groupes sur un nouveau projet associatif (nous vous en reparlerons très bientôt), sur la réingénierie du diplôme d’Etat de Puéricultrice, sur la pratique avancée, d’échanger sur les actualités et d’avancer sur l’organisation des Journées Nationales d’Etude.

Nous avons eu le plaisir d'accueillir une nouvelle  déléguée régionale pour les Hauts-de-France, Cécile DELCOURT.

Cécile DELCOURT est infirmière puéricultrice depuis 2014 avec un une expérience significative comme infirmière de l'éducation nationale. Durant sa carrière professionnelle elle a eu l’opportunité d’exercer en crèche, en PMI, en milieu scolaire et en hospitalier.

Nous lui souhaitons la bienvenue, et lui souhaitons de dynamiser cette belle région qui accueille de nombreuses puéricultrices.

Le conseil d’administration de l’ANPDE a également eu le plaisir d’accueillir les deux nouvelles administratrices étudiantes Mélanie FEITOR et Rabbéa SEFFOUHI. Leurs missions seront pour l’année 2018, de représenter les étudiants de la spécialité au sein du conseil d’administration et auprès des grandes instances.

 

Nous les remercions pour leur engagement et leur souhaitons la bienvenue au sein du CA.

Réingénierie : report en 2019 ?

Lors de la réunion du haut conseil des professions paramédicales du 29/01/2018, Charles Eury, président de l’ANPDE, a tenu à rappeler l’inquiétude de l’ANPDE ainsi que celle des écoles quant à l’avancée des travaux portant sur la réingénierie de la formation des infirmières puéricultrices. A l’issue de la dernière réunion du groupe de travail le 25 janvier, la DGOS semblait indiquer que la rentrée 2018 se ferait sur la base du programme actuel.

L’ANPDE a donc demandé à la DGOS de se positionner pour garantir une mise en place du nouveau dispositif pour la rentrée 2019, précisant en outre que les délais étaient dorénavant largement suffisant. A cette question, la DGOS a reconnu un manque de lisibilité sans pour autant exprimer de garantie à ce jour.

Retrouvez également l'article des Pros de la Petite Enfance à ce sujet ici.

HCPPcommission etudiante
Appel à candidature Conseil scientifique 2017

Vous êtes infirmier(e) puéricultrice(teur) et titulaire d'un master ou doctorat ? Vous êtes adhérent(e) à l'ANPDE ?

Logo-ANPDE_2014

Veuillez trouver ci-joint l'appel à candidature pour 2 membres délibératifs au conseil scientifique de l'ANPDE, titulaires d'un master au minimum.

Veillez également ci-joint la Déclaration Publique d'Intérêts.

 

Le dossier est à transmettre avant le 21 janvier 2018 par mail (anpde.secretaire.generale@gmail.com et anpde.secretaire.adjointe@gmail.com) et par courrier à l’adresse suivante :

ANPDE

A l’attention de Charles Eury, président de l’ANPDE

132, avenue du Général Leclerc

75014 PARIS

 

Plus d'informations sur conseil scientifique.

 

Vaccination et évolution du métier de l’infirmière puéricultrice, l’ANPDE fait des propositions

 

Communiqué de presse

Vaccination et évolution du métier de l’infirmière puéricultrice, l’ANPDE fait des propositions

Paris, le 5 décembre 2017 – Lors de la séance du 2 octobre 2017 du Haut Conseil des Professions Paramédicales, il a été proposé un arrêté modifiant la liste des personnes pouvant bénéficier de la vaccination antigrippale réalisée par un infirmier, sans prescription médicale, et hors primo-vaccination. Cette modification vise à se conformer aux recommandations du Haut Conseil de la Santé Publique et aux futures modifications du calendrier vaccinal. L’ANPDE avait alors proposé pour les enfants de 0 à 6 ans que les rappels du vaccin antigrippal soient réalisés par des infirmières. Proposition qui avait reçu un avis favorable du HCPP lors de cette séance.

Si l’ANPDE soutient l’élargissement des compétences vaccinales pour l’ensemble des infirmiers, elle rappelle néanmoins que ceux-ci ne bénéficient plus de formation spécifique en pédiatrie depuis 2009, comme l’a rappelé le défenseur des droits dans son dernier rapport de novembre 2017.

Aussi, l’ANPDE a proposé pour les enfants de 0 à 6 ans atteints des pathologies en question, que les rappels du vaccin anti-grippal soient réalisés par des infirmières puéricultrices, permettant ainsi aux enfants de bénéficier de cet élargissement des compétences tout en garantissant la sécurité des soins. Cette proposition a reçu un avis favorable du HCPP lors de la séance du 2 octobre.

Cependant, l’arrêté publié le 17 novembre n’a pas tenu compte du vote du HCPP et l’amendement proposé par l’ANPDE a été supprimé, sans aucune concertation. Pour autant, le ministère a souhaité maintenir la mention « adulte ». Alors même que le ministère reconnaît de ce fait que des compétences spécifiques sont nécessaires pour vacciner des enfants de cet âge, le choix a été fait de les exclure totalement de ce texte.

Aujourd’hui, le suivi des enfants de 0 à 6 ans est déjà réalisé par les infirmières puéricultrices, notamment en services de Protection Maternelle et Infantile. Les situations rencontrées sont de plus en plus complexes et rendent difficiles l’action des professionnels de santé, notamment par manque de moyens mais aussi d’une redéfinition claire des rôles de chacun. En effet, les IPDE sont les professionnelles les plus nombreuses en PMI, comparativement aux médecins et aux sages-femmes, et réalisent la majorité des consultations infantiles sous forme de permanences ou de visites à domicile. Ces permanences, en fonction des politiques locales, sont appelées consultations de puéricultrices et jouent un rôle majeur dans le suivi des familles et la prévention chez l’enfant de 0 à 6 ans.

La formation des IPDE est aujourd’hui en réingénierie. Le nouveau programme de formation, sur 2 ans, sera bientôt effectif et permettra une montée en compétences des IPDE. Ces compétences pourront-être exploitées pour faire face aux enjeux de santé publique de demain, notamment en termes de prévention et de désertification médicale. Cette montée en compétences est en corrélation avec la proposition de l’ANPDE pour que soient réalisés les rappels de vaccin antigrippal chez les enfants de 0 à 6 ans.

L’infirmière puéricultrice en poste avancé, une solution d’avenir dans la prise en charge de l’enfants

L’infirmière puéricultrice en « poste avancé » serait une des réponses à la problématique des déserts médicaux, en tous les cas pour la santé de l’enfant. En outre, la réponse à la pénurie de médecins peut trouver une solution en orientant l’infirmière puéricultrice en poste avancé médicalisé. Cependant, l’infirmière en poste avancé nécessite un transfert encadré de l’analyse et des conclusions cliniques du médecin. Le seul outil juridique permettant de s’orienter vers cette solution pour l’infirmière puéricultrice est la pratique avancée.

En effet, la loi sur la pratique avancée permet de constituer une infirmière puéricultrice en poste avancé en première ligne médicale sous la direction d’un médecin traitant ou en soins ambulatoire d’enfant sous la direction d’un médecin spécialiste. Enfin, la formation des infirmières puéricultrices constituerait une base socle métier scientifique permettant de construire sans difficulté une formation universitaire complémentaire conforme aux dispositions législatives de la pratique avancée.

Ainsi, ce métier intermédiaire permettrait de répondre aux besoins de notre société et pallier ainsi à la problématique de la désertification médicale et seconder les médecins dans leurs missions de santé publique. L’infirmière puéricultrice aurait alors les moyens nécessaires pour être un véritable allié dans la prévention et la promotion de la santé chez l’enfant.

A propos de l’ANPDE

Créée en 1949, l’Association Nationale des Puéricultrices(teurs) Diplômé(e)s et des Etudiants (ANPDE) est l’unique association qui défend et rassemble les professionnels de la spécialité de puéricultrice. Forte de ses 2000 adhérents, elle vise à promouvoir une politique de santé ambitieuse pour les quelque 13 millions d’enfants, et à défendre leur intérêt et celui de leur famille. Elle représente les 20 000 professionnels diplômés de la spécialité et les étudiants dans les instances officielles permettant ainsi l’évolution de la profession et la reconnaissance de la plus-value de la puéricultrice. L’ANPDE contribue, en outre, au développement professionnel en organisant des formations DPC et un congrès annuel de haute valeur scientifique.

Election des administrateurs étudiants

 

Chères étudiantes, Chers étudiants,

 

Nous souhaitons la bienvenue à Mélanie FEITOR et Rabéa SEFFOUHI, qui sont élues administratrices étudiantes pour l'année 2017-2018 !!!

 

Comme chaque année l’ANPDE lance l'élection pour élire les deux administrateurs étudiants de l’année 2017 – 2018 qui siègeront au conseil d'administration de l'ANPDE afin d'y représenter la voix des étudiants.

Tous les étudiants adhérents à l'ANPDE, seront sollicités par mail pour voter pour les deux administrateurs étudiants qu'ils souhaitent élire.

Les élections se dérouleront en ligne, entre le 11 décembre 2017 et le 7 janvier 2018, via le lien qui vous aura été adressé par mail. Vous trouverez ci-dessous les candidatures des cinq étudiants postulants.

 

  • BAUDELLE Chloé, école de l'APHP Paris

CV Chloé BAUDELLE

Lettre motivation Chloé BAUDELLE

 

  • DUBREUIL Pierre Romaric, école de Rabelais Paris

CV Pierre Romaric DUBREUIL

Lettre de motivation Romaric DUBREUIL

 

  • FEITOR Mélanie, école de Bordeaux

CV Mélanie FEITOR

Lettre motivation Mélanie FEITOR

 

  • MONARD Mélissa, école de Marseille

CV Mélissa MONARD

Lettre de motivation Mélissa MONARD

 

  • SEFFOUHI Rabéa, école de Grenoble

CV Rabéa SEFFOUHI

Lettre motivation Rabéa SEFFOUHI

ActuAnais Valencas